Accueil > Vu du marché > Entreprises de service : une dynamique confirmée

Entreprises de services : une dynamique confirmée

Les entreprises de services sont devenues le premier employeur de France, avec 8,7 millions de salariés, contre 4,8 millions en 1980. Si le secteur a vu sa croissance ralentir en 2008 et a même connu un léger recul au 1er trimestre 2009, les services représentent toujours près de 50% des créations d’entreprises et 70% des créations d’emploi.

Il y a deux façons d’aborder le marché des services en France. Si l’on s’en tient à une vision « statique » de ce secteur, fixée à la fin du premier semestre 2009, on constate que les entreprises de services ont logiquement été impactées, elles aussi, par le ralentissement de l’activité économique. L’actualité immédiate des services est effectivement marquée par un recul de 3,2% au premier trimestre 2009, par rapport à la même période de 2008, et par la perte de 167 000 emplois.
Par contre, une analyse « dynamique » de leur évolution au cours de ces dernières années conduit à identifier des perspectives plus positives. Ainsi, malgré la dégradation du contexte économique, les entreprises de services ont continué à générer environ 70% des créations d’emplois en France et ce secteur représente à lui seul près de 50% des créations d’entreprises, selon l’INSEE (plus de 150 000 créations en 2008). Pour mémoire, il faut rappeler que sur la période 1990-2004, les services ont permis la création de 2,1 millions d’emplois, alors que l’industrie en perdait dans le même temps 900 000 et l’agriculture 426 000. De fait, le service est désormais le 1er employeur de France, avec 8,7 millions de salariés.
Par ailleurs, si le grand public retient tout d’abord le nom des grands groupes français de services, qui font souvent partie des leaders mondiaux, il faut également considérer que cette population rassemble plus de 850 000 entreprises, PME ou TPE. En France, 80% des entreprises de moins de 50 salariés sont ainsi actives dans les services.
Selon le principal organisme du secteur, le Groupement des Professions de Services (GPS), la réactivité de ce dense tissu de petites entreprises peut jouer un rôle majeur pour accélérer la sortie de crise.